"L'existentialisme n'est pas autre chose qu'un effort pour tirer toutes les conséquences d'une position athée cohérente. Elle ne cherche pas du tout à plonger l'homme dans le désespoir. Mais si l'on appelle, comme les chrétiens, désespoir toute attitude d'incroyance, elle part du désespoir originel. L'existentialisme n'est pas tellement un athéisme au sens où il s'épuiserait à démontrer que Dieu n'existe pas. Il déclare plutôt : même si Dieu existait, ça ne changerait rien ; voilà notre point de vue. Non pas que nous croyions que Dieu existe, mais nous pensons que le problème n'est pas celui de son existence ; il faut que l'homme se retrouve lui-même et se persuade que rien ne peut le sauver de lui-même, fût-ce une preuve valable de l'existence de Dieu. En ce sens, l'existentialisme est un optimisme, une doctrine d'action."

QUELQUES MOTS SUR L'AUTEUR: Jean-Paul Charles Aymard Sartre est un philosophe et écrivain français (romancier, dramaturge et nouvelliste).

Intransigeant et fidèle à lui-même et à ses idées, il a toujours rejeté les honneurs dont, notamment en 1964, le prix Nobel de littérature et la Légion d'honneur en 1945. Selon lui ces honneurs auraient entravé sa liberté en faisant de lui une institution.

Prolifique et hyperactif, Sartre est autant connu pour ses paradigmes philosophiques, que l'on regroupe sous le nom d'existentialisme, que pour son engagement politique marqué à gauche. Sa relation particulière avec Simone de Beauvoir est un autre élément de sa notoriété. Leurs philosophies, bien que très proches, ne sauraient être confondues, même si les deux auteurs se sont influencés mutuellement.
Il s'opposa aux thèses déterministes.

Son œuvre comprend des essais et textes philosophiques importants, comme "L'Être et le Néant" (1943), "L'existentialisme est un humanisme" (1946) ou la "Critique de la raison dialectique" (1960), mais aussi des textes littéraires : nouvelles ("Le Mur"), romans ("La Nausée", "Les Chemins de la liberté"), pièces de théâtre ("Les Mouches", "Huis clos", "Les Mains sales"). Il a publié des études biographiques sur de nombreux artistes comme Mallarmé, Baudelaire, Faulkner ou Jean Genet, ainsi qu'une vaste étude sur Gustave Flaubert, "L'Idiot de la famille" (1971-1972) et un texte autobiographique, "Les Mots".

Fondateur et directeur de la revue Les Temps modernes (1945), il est connu au delà de son oeuvre philosophique et littéraire, comme une des principales figures parmi les intellectuels engagés après la seconde guerre mondiale, rival de Camus. Ses engagements politiques sont d'abord en liaison avec le Parti communiste, puis avec des courants gauchistes, plus particulièrement maoïstes, dans les années 1970.

ÉVALUATION DE LA CONDITION GÉNÉRAL DES LIVRES
Évaluation du livre note de 3/5 LIVRE RARE OU DE COLLECTION. Edition Nagel( 1970) En bonne condition. Pages inégalement coupées à la main.

Écrire un commentaire

N.B. : Le HTML n'est pas pris en charge!
    Mauvais           Bon

L'Existentialisme est un humanisme De Jean-Paul Sartre

  • Modèle: 140-6
  • Disponibilité: En stock
  • 50,00$
  • 15,00$

Items suggérés

Huis Clos , Suivi de Les Mouches de Jean-Paul Sartre

Huis Clos , Suivi de Les Mouches de Jean-Paul Sartre

122

Garcin : Le bronze... (Il le caresse.) Eh bien, voici le moment. Le bronze est là, je le contemple..

5,00$

Les Mots Par Jean-Paul Sartre

Les Mots Par Jean-Paul Sartre

125

"Le lecteur a compris que je déteste mon enfance et tout ce qui en survit." Loin de l'autobiograph..

5,00$

Huis clos suivi de Les mouches De Jean-Paul Sartre

Huis clos suivi de Les mouches De Jean-Paul Sartre

140-7

«Garcin : - Le bronze... (Il le caresse.) Eh bien, voici le moment. Le bronze est là, je le contem..

5,00$ 7,00$

Réflexions sur la question juive De jean-Paul Sartre

Réflexions sur la question juive De jean-Paul Sartre

140-7

« Si un homme attribue tout ou partie des malheurs du pays et de ses propres malheurs à la présenc..

5,00$ 8,00$

Sartre De Francis Jeanson

Sartre De Francis Jeanson

140-7

5,00$ 9,00$

Balises: L'Existentialisme est un humanisme De Jean-Paul Sartre